sabato 11 ottobre 2014

EBOLA: SI CERCANO VOLONTARI

Chères amies, chers amis d’Avaaz, 



Ebola pourrait bientôt tous nous menacer. Pour enrayer l'épidémie, nous avons un besoin urgent de volontaires. Si seulement 120 médecins parmi nous se portent volontaires, cela *doublerait* le nombre de médecins actuellement au Sierra Leone. D'autres compétences - dans le domaine de la santé, de l'assainissement ou de la logistique - peuvent aussi nous aider. Ce message est un appel à aider l'humanité, en acceptant de prendre des risques pour d'autres êtres humains. Cliquez ici pour plus d'informations et exprimez votre reconnaissance pour ceux qui feront ce choix.

agissez maintenant
Il y a trois semaines, nous avons été des centaines de milliers à manifester, dans une vague d’actions hors-ligne pour lutter contre le changement climatique. L’action hors-ligne, c’est encore la méthode à laquelle nous allons recourir cette semaine pour juguler Ebola

Le virus Ebola est en train de se développer et d'échapper à tout contrôle. Toutes les 2 à 3 semaines, le nombre de cas de contamination double en Afrique de l’Ouest, et selon les dernières estimations, 1,4 million de personnes pourraient avoir contracté le virus d’ici à la mi-janvier. A ce rythme, ce monstre menace le monde entier.

Les précédentes flambées d’Ebola ont toutes été contenues et limitées à un nombre restreint de cas, mais les systèmes de santé des pays d’Afrique de l’Ouest ont été débordés par la magnitude de cette épidémie. Le Libéria compte moins de 1 médecin pour 100 000 personnes. Les gouvernements ont beau avoir débloqué des fonds, il manque encore des professionnels de santé correctement formés pour enrayer le fléau.

Et c’est là que nous intervenons. 39 millions de personnes vont recevoir ce message. Nos sondages nous montrent que 6% d’entre nous sont des professionnels de santé - des médecins ou des infirmier(e)s - soit 2 millions de membres d’Avaaz. Si seulement 120 médecins se portaient volontaires, cela *doublerait* le nombre de médecins au Sierra Leone. 

D’autres volontaires peuvent aussi nous aider - les techniciens de laboratoire, les logisticiens, les experts en assainissement et les professionnels des transports. Le volontariat, cela signifie évidemment davantage que du temps. Cela comporte des risques. Le virus Ebola est hautement contagieux. Plusieurs professionnels de la santé sont déjà morts après avoir lutté contre le virus. Mais s’il existe un groupe de personnes capables de prendre ce risque pour d’autres êtres humains, c’est bien notre communauté. Moi-même et quelques membres de l’équipe d’Avaaz, nous sommes prêts à partager ce risque avec vous et à vous accompagner sur la ligne de front de cette crise.
C'est lorsqu’on écoute ce qui nous parle depuis le plus profond de nous-même que l'on accomplit de grandes choses. Si vous êtes un professionnel de santé, ou que vous avez d’autres compétences requises pour intervenir en Afrique de l’Ouest, je vous demande de prendre un moment, de vous écouter au plus profond de vous-même et de suivre cette inspiration. 

Cliquez sur le lien ci-dessous pour vous engager comme volontaire, voir les messages d’autres volontaires ou simplement leur laisser un mot d’encouragement:


https://secure.avaaz.org/fr/ebola_volunteers_thank_you_3/?bIbePbb&v=47389

Postuler comme volontaire, ce n’est qu’un premier pas. Vous devrez obligatoirement maîtriser la langue anglaise ou française, et devrez recevoir et fournir beaucoup d’informations afin que tout le monde soit sûr que vous êtes le mieux placé pour ce poste. Vous aurez sans doute à discuter de votre décision avec vos proches et vous pourrez vous retirer du processus de sélection à n’importe quel moment. Avaaz travaille en partenariat avec Partners In Health, Save the Children et International Medical Corps, trois organisations en pointe dans le combat contre cette maladie mortelle. Nous sommes également en contact avec les gouvernements du Libéria, du Sierra Leone et de Guinée ainsi que l’Organisation mondiale de la santé.
Il y a bien sûr un risque conséquent, mais les moyens de prévenir le danger existent. Le virus Ebola se transmet par contact physique, ce qui signifie que si ces contacts sont gérés avec une grande méticulosité, le risque de contamination peut être minimisé. À ce jour, plus de 94 professionnels de la santé sont morts après avoir contracté le virus au Libéria, mais il s’agissait pour la quasi-totalité de travailleurs locaux. Malheureusement, ces derniers sont moins bien équipés que les volontaires internationaux. Les chances de survie d’un patient contaminé s’élèvent à 50% avec le traitement adéquat.
Nous sommes nombreux à exercer un travail qui implique de risquer notre vie pour notre pays: policiers, activistes, militaires... C’est l’expression la plus sincère de ce pour quoi la vie mérite d’être vécue. Risquer sa vie pour lutter contre le virus Ebola, c’est la même chose: cela revient à affirmer que les autres êtres humains, tels qu’ils soient, méritent que l’on s’engagent pour eux: 

https://secure.avaaz.org/fr/ebola_volunteers_thank_you_3/?bIbePbb&v=47389

Si le virus Ebola continue de se développer hors de tout contrôle, nous pourrions bientôt être tous menacés. A cause de la fragillité du système de santé d’un pays pauvre, ce monstre a pu se développer au point de menacer le monde entier. Cela démontre combien nous sommes tous interdépendants. Mais cette interdépendance va bien au-delà des simples intérêts privés. Nous sommes tous connectés au sein d’une communauté d’êtres vivants. Tous les mensonges qui nous divisent - à propos de la nationalité, de la religion ou de la sexualité - sont en train d’être mis à bas, et nous réalisons peu à peu que nous ne formons en réalité qu’un peuple, qu’une tribu et qu’une jeune mère et sa fille au Libéria craignent et aiment les mêmes choses qu’une jeune mère et sa fille au Brésil ou aux Pays-Bas. Et au fur et à mesure que cette évidence s’affirme, nous pouvons établir un nouveau monde. De l’obscurité la plus profonde jaillit la plus vive lumière. Des tréfonds du cauchemar du virus Ebola, à nous de faire naître un espoir, inspiré par l'empathie et la fraternité.

Avec espoir et détermination,

Ricken, John, Alice, Danny et toute l’équipe d’Avaaz

PLUS D’INFORMATIONS

Selon le Centre de contrôle et de prévention des maladies infectieuses, 1.4 million de personnes pourraient avoir été contaminées par le virus Ebola d’ici à janvier (The Guardian, en anglais)
http://www.theguardian.com/society/2014/sep/23/ebola-cdc-millions-infected-quarantine-africa-epidemic

Chronologie des cas connus et développement de l’épidémie de virus Ebola (Centre de contrôle et de prévention des maladies infectieuses, en anglais)
http://www.cdc.gov/vhf/ebola/outbreaks/history/chronology.html

Ebola 'dévore tout sur son chemin' (Al Jazeera, en anglais)
http://www.aljazeera.com/news/africa/2014/09/ebola-devouring-everything-path-201499161646914388.html

Le taux de mortalité du virus Ebola s’élève à 70% - étude de l’OMS (BBC - en anglais)
http://www.bbc.com/news/world-africa-29327741

Le nombre de professionnels de santé infectés par le virus Ebola atteint un niveau record (OMS, en anglais)
http://www.who.int/mediacentre/news/ebola/25-august-2014/en/
Le monde intensifie ses efforts contre Ebola (Le Figaro)http://sante.lefigaro.fr/actualite/2014/10/08/22882-monde-intensifie-ses-efforts-contre-ebola
La propagation d'Ebola hors Afrique démontre l'importance d'en éradiquer les foyers, dit la Croix-Rouge (Radio-Canada)http://m.radio-canada.ca/nouvelles/International/2014/10/08/006-ebola-croix-rouge-victime-occident-agir.shtml

Ebola : chronologie d'une épidémie (Courier International)http://www.courrierinternational.com/article/2014/10/08/ebola-chronologie-d-une-epidemie